DESSINER-COUDRE SUR PAPIER

Photo-Atelier-Dessiner-Coudre-Dessin

Qu’est-ce qu’il m’a pris de coudre sur mes dessins (dessiner-coudre) ?

On pourrait croire que je le regrette… Au contraire, je le dis comme pour remercier… (Dieu, le ciel, l’univers) d’avoir découvert et intégré cette technique à mon travail. Et pour ne pas oublier l’enthousiasme des premiers dessins brodés. Dessiner-coudre me plaît énormément mais me prend beaucoup beaucoup de temps. Cela ajoute une touche personnelle ancrée dans mon histoire et un autre niveau de lecture à mon travail. Depuis lors, je ne me vois plus du tout dessiner sans coudre.

Ce qu’a aussi changé dessiner et coudre dans mon activité artistique.

Avant de dessiner-coudre, je peignais à la peinture acrylique et aux encres colorées sur bois et sur toile. Comme un artiste peintre classique, mais déjà dans mon style abstrait et géométrique actuel aux référents textiles. Évidemment puisque j’ai été architecte pendant quinze ans après mes études à l’École d’Architecture de Lyon. Et que j’ai baigné dans l’univers textile d’une mère couturière. Autre chose de très paradoxal, je n’accordais que peu de valeur au dessin et délaissais complètement cette pratique. Aujourd’hui, cela représente la majeure partie de mon activité artistique. Je garde malgré tout en tête le projet de broder-peindre sur toile, voire de transposer mon univers en sculpture.

Comment m’est venue cette idée de dessiner-coudre ?

Comme de nombreux artistes, j’ai un compte Instagram. Un jour, j’y ai découvert l’art contemporain textile. Cela a fait écho en moi. J’ai toujours eu un nécessaire de couture pour faire des reprises et je maniais donc un peu le fil et l’aiguille mais de façon utilitaire. Mais à ce moment-là, j’ai tout de suite vu les pistes à explorer et eu envie de dessiner avec du fil. Il a naturellement fallu que je m’approprie cette technique.

Comment ai-je commencé à dessiner-coudre ?

Je vais régulièrement dans une recyclerie proche de chez moi, pour m’acheter ce dont j’ai besoin. Cela fait partie de mon style de vie d’artiste. Vêtements, accessoires, bibelots et matériel pour mon art. On va dire aussi que j’aime les vieilles choses, tout ce qui a une histoire et me rappelle des souvenirs. Par exemple, quand j’étais architecte, les vieux bâtiments m’ont toujours plus attiré que les récents. Donc, me promenant dans les rayons de la recyclerie avec mon idée de dessiner-coudre, je cherchais des supports comme prétexte pour commencer. Je suis finalement tombé sur des cartes postales anciennes noir et blanc et des vieux livres au papier jauni. Cela avait du sens pour moi… Et fini l’angoisse de la toile blanche ou du carnet de croquis blanc. Au lieu de raconter une nouvelle histoire, j’allais pouvoir m’inspirer d’histoires anciennes.


Mon premier dessin cousu

Voici mon tout premier dessin cousu. Il s’agit d’une carte postale aux tons sépia. Je me souviens l’avoir cousu un soir d’hiver près de l’emplacement d’une cheminée disparue de mon appartement ancien rénové. Il raconte un peu ce que je vivais dans ma relation de couple à cette époque sans vouloir en prendre la mesure. Je vous montre aussi le verso du dessin car avec la couture se trouve à l’arrière un autre dessin tout aussi intéressant. Le recto en dit plus long sur la technique de couture avec les noeuds et n’est pas forcément le reflet du dessin cousu à l’avant. Vous observerez que les deux structures en fils s’appuient sur les lignes d’écriture du verso. De plus, sur certaines cartes postales, se trouvent des écritures nous plongeant dans un autre époque, une autre histoire. Ce dessin fait partie d’une première série de 35 cartes postales dessinées cousues que je vous présente dans un autre article.


L’expression “dessiner-coudre”

J’aime beaucoup l’expression dessiner-coudre. Ce n’est pas moi qui l’ai trouvée, c’est un ami écrivain, Éric Houser, qui a écrit des textes pour illustrer mes expositions. Grâce à sa prose, je découvre un point de vue différent du mien qui enrichit mon univers artistique. Il crée pour moi de nouvelles expressions qui parlent à mon travail dans un esprit poétique. Je parlerai même de… poésie mixte, à l’image de mes oeuvres aux techniques mixtes. Dessiner-coudre est un terme qui correspond tout à fait à mon travail.

Dessiner-coudre versus peindre à l’encre

J’ai conservé de mon activité d’artiste peintre classique le geste de peindre à l’encre des bandes croisées sur mes dessins. Elles font partie de mon graphisme. C’est une des phases préférées de mon travail, avec dessiner-coudre. Cela représente malheureusement une faible part du temps que je passe à la création car je peins d’un geste spontané et rapide, sans utiliser d’instrument de traçage et généralement avec peu de repères et de tracés préliminaires. Et comme le dit Éric Houser dans un texte pour une future exposition. “Qualités contredites par un autre geste, calculé et lent celui-ci, le geste de coudre (coudre-dessiner, ou dessiner-coudre).” Je peux en effet passer plusieurs heures ou dizaines d’heures à dessiner-coudre mes pages de livres peintes ou de journaux peints sur des feuilles blanches épaisses, leur servant de support.

Je continuerai de dessiner-coudre

Dessiner-coudre est un geste plus lent que le dessin au crayon et que la peinture. Je ne le mesurais pas quand je me suis lancé dans cette technique. Mais dessiner-coudre est désormais tellement important pour moi et mon travail que je n’y renoncerai pas. Je dompterai ainsi mon impatience en brodant de nouvelles histoires sur des vieux documents imprimés, ressentant le plaisir de bâtir petit à petit, sur un plan, de petites structures au fil tendu.


Merci d’avoir lu cet article. Si vous avez encore le temps, je vous propose de voir quelques-unes de mes expositions ou séries de oeuvres brodés.


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.